Agence de notation : la France perd la note AAA

Publié le par Nicolas BOISVILLIERS

Le monopôle des agences de notation américaines est-il en train de tomber ? C'est la question que l'on est en droit de se poser au regard des notes souveraines attribuées par une agence chinoise. Sans aucune retenue, elle ne s'est pas privée de dégrader la note souveraine de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis ou encore de... la France !

 

Jusqu'ici toutes puissantes, les agences de notation américaines Fitch, Moody's et Standard & Poor's faisaient la pluie et le beau temps en matière d'évaluation de la solvabilité d'un Etat. Malgré de nombreuses critiques à leur égard (cf. "Crise : sous le couperet des agences de notation"), aucun concurrent sérieux n'était parvenu à leur faire de l'ombre. Du moins, jusqu'à la semaine dernière. Dagong Global Credit Rating, agence chinoise, entend bien se faire une place sur la scène financière. Et pour ce faire, elle n'y va pas avec le dos de la cuillère puisqu'elle dresse sa propre hiérarchie mondiale de solvabilité de pas moins de 50 Etats. Une première pour une agence non occidentale. Mais aussi un joli coup de pub, à l'image du pavé jeté dans la mare des notations.

 

Ainsi, plusieurs pays notés "AAA" (note suprême) ont vu leur note abaissée : les Etats-Unis ("AA") ,la Grande-Bretagne ("AA-") et même la France ("AA-") ! La Belgique, l'Espagne et l'Italie n'obtiennent qu'un timide "A-" Seuls la Norvège, le Danemark, la Suisse, le Luxembourg, la Nouvelle-Zélande, l'Australie et Singapour ont obtenus le précieux "AAA". Et la Chine dans tout ça ? Et bien Dagong la note "AA+", à hauteur de pays comme l'Allemagne, les Pays-Bas ou le Canada. "Les perspectives de la Chine sont bonnes et son niveau d'endettement n'est pas très élevé" peut-on lire dans le rapport de l'agence.

 

chinese flag

 

Sur quels critères l'agence s'est-elle basée pour noter ces pays ? D'après le rapport délivré, 5 critères ont guidé leur évaluation :

- la capacité de gestion d'un Etat souverain,

- sa situation économique,

- sa solidité financière,

- sa capacité de gestion en matière de recettes fiscales,

- ses réserves de change.

 

Selon Guan Jianzhong, président de l'agence Dagong, "la cause de la crise financière mondiale et de la crise de la dette en Europe provient de ce que le système actuel de notation international ne prend pas suffisamment en compte la capacité de remboursement des Etats". "Le plus important pour un Etat est, à notre avis, sa capacité à créer de la richesse, car c'est cela qui lui permet de lever des fonds sur les marchés financiers et de faire face à ses échéances". L'agence met en avant une« méthode [qui] a pris en compte les faiblesses des agences occidentales pour aboutir à une vision plus réaliste des forces en présence», c'est-à-dire exempt de toute idéologie occidentale. On aurait aimé en savoir plus...

 

Une notation crédible et pertinente ?

 

Quel crédit apporter à ce relevé de notes ? Première chose à noter, l'absence totale des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) des pays notés "AAA" :  "A-" pour le Brésil, seulement "BBB" pour l'Inde et aucune note pour la Russie. Deuxième point encore plus surprenant : l'attribution d'une note identique pour la France et le Japon. Tous deux notés "AA-" avec une perspective négative, il apparait pourtant difficile de comparer la dette publique de 80% du PIB de la France avec celle de 220% du pays nippon. Les agences américaines suivront-elles les recommandations de Dagong ? La France verra-t-elle sa note dégradée prochainement, alors que celle du Portugal a encore été abaissée par Moody's ?

 

Même si on ne peut que saluer cet exercice qui met à mal les 3 grandes agences américaines, on ne peut écarter la thèse du coup de publicité monstre qu'a engendré ce rapport. Peut-être que ce coup d'éclat réveillera les ardeurs de quelques agences européennes ou asiatiques.

Commenter cet article