Emploi : pourquoi recruter un jeune diplômé

Publié le par Nicolas BOISVILLIERS

Première victime de la crise en matière d'emploi, le jeune diplômé pêche souvent par un manque d'expérience qui le disqualifie d'entrée à toute forme d'embauche. Pour autant, ce dernier recèle bon nombre de qualités qui rendent sa candidature intéressante à bien des égards. Voici 7 bonnes raisons de recruter un jeune diplômé.

 

Le monde de la finance est parfois cruel, comme bien d'autres : les recruteurs exigent de la part des jeunes diplômés des expériences de plus en plus significatives, de plus en plus conséquentes. Difficile quand on sort tout juste des études ! Mais au-delà de cette considération fort logique se trouve une autre vérité : le jeune diplômé reste une valeur sûre, même en temps de crise. Pour preuve, voici 7 arguments en leur faveur :

 

1- Le jeune diplomé est mo-ti-vé !

L'accession au 1er emploi revêt de nombreux objectifs : indépendance, aboutissement final des études supérieures, réalisation de soi-même... Ayant tout à prouver, tant envers lui-même qu'envers son employeur, le jeune diplômé se donnera à fond pour être à la hauteur de ses ambitieux. Sans doute plus qu'un autre collaborateur ayant déjà fait ses preuves.

 

2- Le jeune diplômé est "maléable"

Horaires, méthodes de travail, culture d'entreprise, management... Le jeune diplômé est une terre fertile qui ne demande qu'à être cultivée au contact de ses collaborateurs, au coeur de son entreprise et ce sans aucun a priori. Exit donc toute mauvaise habitude prise suite à plusieurs années sur le même poste au sein de la même société. Un avantage certain en termes de temps gagné et d'efficacité.

 

3- Le jeune diplômé est mobile

Parce qu'il est motivé, il est également mobile. Mettons fin aux idées reçues : pour peu que le poste proposé soit intéressant, le jeune diplômé est prêt à quitter ses terres afin de rejoindre son employeur. C'est même parfois lui qui est demandeur ! Parce qu'il a simplement tout à y gagner.

 

4- Le jeune diplômé est bon marché

C'est un fait, un jeune diplômé est forcément moins cher à l'embauche qu'un autre candidat. Non par résignation mais parce que ce qu'il perd en rémunération, il le gagne en étant formé. La période de formation ne doit donc pas être vécue comme une charge mais simplement comme la contrepartie d'une concession faite sur salaire. Et comme il est motivé, il fera tout pour être opérationnel rapidement.

 

jeunes_diplomes.jpg

 

5- Le jeune diplômé est curieux

Jeune, il a l'esprit "open minded". Curieux de tout, c'est une véritable éponge à savoir qui s'impliquera dans tout ce qui touche à son métier : ses missions bien entendu mais également son environnement, celui de l'entreprise, ses perspectives d'évolution... Un collaborateur actif en somme qui s'implique directement dans la vie de son entreprise.

 

6- Le jeune diplômé a de l'expérience (un peu)

Jeune diplômé et expérience ne sont pas forcément incompatibles. De plus en plus prisés, les stages (volontaires ou intégrés au cursus scolaire) constituent une source d'apprentissage non négligeable. De quelques semaines à plusieurs mois, ils s'apparentent à de véritables expériences en milieu professionnel grâce à de véritables missions, bien loin des ancestraux "stages photocopie".

 

7- Le jeune diplômé renouvelle l'entreprise

Jeune par définition, il permet de renouveler la pyramide des âges de l'entreprise. C'est donc assurer la transmission du savoir entre générations, tout en apportant un regain de dynamisme au sein des équipes. De même, le jeune apportera un regard extérieur et neuf face au fonctionnement de sa société : du sang neuf assure une remise en question permanente de ses propres activités. Enfin, recruter des jeunes diplômés, c'est également une opération de communication vis-à-vis de ses partenaires en s'offrant une image d'entreprise dynamique et ouverte.

 

En conclusion, s'offrir les services d'un jeune diplômé ne relève donc pas du sacerdoce. C'est une chance, tant pour le recruteur que pour le recruté. Miser sur la jeunesse en cette période de crise, c'est miser sur des profils dynamiques et ouverts sur le monde, en quête de reconnaissance et d'accomplissement. Un comportement qui s'avère payant dans bien des cas. Encore faut-il que les recruteurs se décident à franchir le pas...

Publié dans Emploi et formation

Commenter cet article