Emploi : recrutements en hausse dans la banque / finance

Publié le par Nicolas BOISVILLIERS

Après 3 années de diète, le marché de l'emploi en banque / finance a enfin retrouvé des couleurs en ce début d'année 2011. Sociétés de conseil, cabinets de recrutement et banques affichent de belles ambitions pour les mois à venir... à condition de correspondre un tant soit peu aux profils recherchés. En faites-vous partie ? Eléments de réponse.

 

Certains signes ne trompent pas. Et les chiffres de janvier dernier en matière de recrutement en font partie : 2011 s'annonce comme une année très prometteuse en termes d'embauches. A commencer par les cabinets de recrutement  en finance qui, à leur tour, misent sur l'avenir. Robert Walters, par exemple, prévoit le doublement de ses effectifs en France et en Europe d’ici 2013. Même chose chez Robert Half qui devrait doubler ses rangs en l'espace de 2 ans à travers le recrutement de 26 consultants spécialisés en banque / finance l'année dernière et  l'intégration de 6 à 10 nouvelles recrues en 2011 (dont 1 ou 2 consultants spécialisés en banque d’investissement). Idem du côté de Hays (+20 consultants) ou Michael Page pour ne citer que les plus connus.

 

Les chasseurs de tête aussi ont repris du poil de la bête. Marché de niche, le recrutement de "high profils" ou de "top management" en finance reste fermé mais exigent. Les méthodes d'approche en "pull" (approche directe du candidat par les recruteurs) permettent de ne sélectionner que des profils spécialistes et/ou expérimentés (5 ans d'expérience minimum). Les candidats sont donc moins nombreux mais davantage en position de force et, surtout, à même de donner un nouvel élan à leur carrière.

 

Les banques toujours fidèles au rendez-vous

 

Comme à l'accoutumée, les grands groupes bancaires français font office de leader sur le marché de l'emploi. Fidèles à leur réputation, elles ont récemment annoncé des programmes de recrutement plutôt conséquents. Un peu moins que l'an passé, certes, mais toujours aussi encourageants (il s'agit là de prévisions qui sont bien souvent revues à la hausse en fin d'année). Au total, pas moins de 14 500 recrutements (en CDI) sont à l’agenda des banques françaises pour 2011.

 

recrutements_cdi_banques_2011.jpg

 

Sans avoir de précisions détaillées sur la répartition de ces intentions d'embauche, on découvre sans surprise que la banque de détail reste prépondérante. Ainsi, sur les 4 000 embauches programmées par le groupe Crédit Agricole, 3 200 seront affectés aux réseaux. BNP Paribas va plus loin et divulgue que 60% des recrutements concernent les agences, 20% la gestion d'actifs, 10% la banque de financement et d'investissement et enfin 10% les fonctions transverses (comptabilité, juridique, ressources humaines...). Là encore, il faut bon d'avoir de l'expérience : les profils expérimentés devraient constituer 60% des troupes, les jeunes diplômés les 40% restants. Quant aux étudiants, BNP-Paribas table sur un effectif de 2 500 personnes (1 300 nouveaux contrats en alternance et 1. 00 stagiaires de niveau Master pour une durée moyenne de 6 mois).

 

Même si ces chiffres sont à prendre avec beaucoup de précaution (turnover élevé dans les banques de détail, pyramide des âges forçant les recrutements, simples estimations...), nul doute qu'ils confirment le retour du marché de l'emploi vers ses niveaux d'avant crise (2008). A suivre tout au long de l'année.

Publié dans Emploi et formation

Commenter cet article

Lucas 30/06/2015 16:02

Les emplois dans la finance et les emploi dans la comptabilité ne cessent d'augmenter de jour en jour, pas étonnant que le recrutement est en hausse :