Envolée du dollar : ennemi de la croissance

Publié le par Nicolas BOISVILLIERS

Mercredi 21 octobre, le dollar a une nouvelle fois atteint de nouveaux plus hauts en dépassant le seuil symbolique de 1,50€. Et il y a fort à parier que la progression du billet n'est pas terminée.

Jean-Claude TRICHET a lui-même qualifié d'"ennemi" la trop forte volatilité des taux de change. L'Union Européenne est la première inquiète du renchérissement de sa monnaie unique qui dégrade sa compétitivité internationale (1), bridant le début de reprise économique encore timide à l'heure actuelle. D'autres pays sont également soucieux de l'évolution du billet vert : Canada, Nouvelle Zélande ou encore Japon. La Chine s'est d'ailleurs vu contrainte d'intervenir sur le marché des changes afin de freiner la progression du yuan. Et face à une croissance d'environ 9%, la situation risque de perdurer (2).

Ce sont finalement les Etats-Unis qui s'en accomodent le mieux : en dévaluant leur monnaie, les américains relancent leurs exportations face à une demande interne en berne. Au risque, cependant, de se priver de capitaux nécessaires au financement de leur déficit courant (même si le risque est modéré tant que les banques centrales asiatiques continueront de s'approvisionner massivement en bons du trésor américains).

Autre conséquence importante : la hausse du pétrole. Depuis fin 2008, l'or noir a vu son prix augmenter de 130%, portant le baril de brent à près de 80 dollars. L'euro, en position de force face au dollar, facilite les importations en Europe, participant à sa hausse. Le dollar, dévalué, pousse les investisseurs à se couvrir via l'achat de contrats futures sur pétrole.

Finalement, le risque global est de créer une nouvelle bulle sur les matières premières (pétrole, or...) et devises. Les 2/3 de la réserve mondiale de change étant libellés en dollars, l'ensemble des acteurs économiques ont désormais tout intérêt à rétablir l'équilibre économique mondial.

Pour l'heure, et comme le disait Paul VOLKER (ancien président de la réserve fédérale), "le dollar est NOTRE monnaie, mais elle est VOTRE problème".

(1) Déficit commercial de 4 milliards d'euros pour la zone euro en août dernier, après 5 excédents consécutifs.
(2) La Banque nationale chinoise détient une réserve monétaire évaluée à 2 200 milliards de dollars.

Commenter cet article

literature review 01/12/2009 10:50


Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!