Risk management : quand risque rime avec performance

Publié le par Nicolas BOISVILLIERS

Trop souvent délaissée, la gestion des risques est la plupart du temps vécue comme une contrainte de par l'absence de résultats concrêts, chiffrables. Pour autant, il est aujourd'hui possible de conjuguer risk management et performance.

 

Il est évident que les entreprises (banques, assurances, sociétés de gestion...) n'accordent pas assez de crédit à la valeur du risque, ne sachant pas bien la confronter à une réalité concrète. Comment dès lors y remédier ? En enrichissant le processus d'évaluation des risques avec de nouveaux indicateurs issus du décisionnel, des données historiques, des tableaux de bord, etc... Tout ce qui, en définitive, l'ancre un peu plus dans la réalité du terrain. Comment alors décloisonner le risk management ? En démontrant aux managers en quoi certaines menaces influent directement sur leurs indices de performance, autrement dit en touchant à leur coeur de métier. La difficulté de vision consiste alors à mettre en relation les informations des deux mondes. Elle dépend, bien sûr, du type de processus concerné et du niveau de marqueurs recherché : il peut s'agir d'une mesure globale (capitaux moyens détenus par chaque conseiller en patrimoine) ou de détail (centré sur un client en particulier).

risk-cubes.jpg

Données historiques ou combinaisons d'hypothèses

 

L'autre prérequis de cette mixité : la possibilité de disposer de données décisionnelles fiables. Les bons historiques n'apparaissent pas toujours dans les bases de données, d'où l'intérêt de rechercher le compte rendu des relations avec les clients ou la concurrence auprès des individus internes et externes à l'entreprise. Mais le rapprochement de la gestion du risque ne passe pas nécessairement par l'analyse des données historiques. Un travail en amont est donc essentiel. Il faut identifier le risque avant qu'il ne soit statistiquement représentatif, grâce à des outils qui s'appuient sur des combinaisons de facteurs locaux et explorent des séries d'hypothèses.

 

Pourquoi rapprocher risk management et performance ?


  • Des risques toujours plus diffus et globaux
  • Une gestion des risques et du contrôle interne qui ne peut plus se limiter à un pilotage par la conformité
  • Une information historique aujourd'hui exploitable par les risk managers
  • Des outils prédictifs de plus en plus accessibles aux non spécialistes

Publié dans Contrôle et risques

Commenter cet article